mercredi 6 juillet 2022 il est 06h53
Que faire si votre garagiste est incompétent ?

Votre facture diffère-t-elle de ce dont vous avez convenu avec votre garagiste ? Vous avez un désaccord avec le propriétaire de votre garage ? Quelles options s’offrent à vous ? Dans le premier cas, vous devez vous efforcer de trouver un accord à l’amiable. Si la première étape échoue, une action en justice contre le garagiste peut être engagée. Il convient de consulter un avocat spécialisé dans le droit de la consommation pour obtenir des conseils professionnels personnalisés sur l’opportunité de poursuivre ou non une action en justice. Voici quelques explications.

Ce que dit la loi sur le dépôt d’une action en justice contre un garagiste

Lorsqu’un garagiste accepte de réparer une voiture, il est tenu par une obligation de résultat. Cela implique qu’il a l’obligation légale de remédier au problème et de vous rendre votre automobile en état de marche. Vous pouvez tenir le garagiste pour responsable si la réparation n’est pas effectuée ou si une panne identique se reproduit. Vous êtes tenu de le faire en raison de l’inexécution contractuelle. En effet, en tant que client, vous n’êtes pas tenu de démontrer la responsabilité du garagiste. Ce dernier est responsable du résultat s’il est présumé que la réparation du véhicule a été mal faite.

La seule possibilité pour le garagiste d’échapper à sa culpabilité est d’invoquer la force majeure. Il doit avoir rendu impossible l‘exécution de la réparation. Il s’agit de conjurer un événement imprévu et imparable. Pour un garagiste, la preuve est évidemment difficile à apporter. Pour souligner cette obligation de résultat onéreuse pour le garagiste, mais bénéfique pour le client, le garagiste ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité en démontrant qu’il n’a commis aucune erreur !

Toutefois, le premier dysfonctionnement doit intervenir dans un délai acceptable pour que la responsabilité du garagiste soit engagée en cas de réparation. Vous devez établir que les deux pannes sont liées si une autre panne survient un long moment après la réparation. Dans ce cas, il convient de consulter un spécialiste de l’automobile. Il sera en mesure de démontrer que les deux pannes sont liées (même si une période relativement longue sépare les deux événements).

Procédures à suivre en cas de désaccord avec votre garagiste

Avant toute chose, il faut savoir que confier son automobile au garagiste implique de passer un accord avec lui. S’il en accepte la responsabilité, il s’engage à vous la remettre en bon état de marche. Le contrat stipule que vous devez payer le contenu. Si le garage n’est pas en mesure de résoudre le problème, il n’a pas rempli ses obligations contractuelles et est donc à blâmer. Pour y remédier, le garage peut soit restituer le véhicule et le réparer, soit vous indemniser pour les réparations.

Voir également  Comment éviter les arnaques des garagistes ?

Vous devez faire une mise en demeure sous la forme d’une lettre recommandée (afin de disposer d’une preuve de réception). Mentionnez les dispositions légales énumérées au premier article (1147, 1231, 1315 et 1710) afin de l’informer de la loi tout en démontrant que vous êtes bien informé sur le sujet.

Surfacturation du client au profit du garagiste

La facturation des clients de garagistes est l’une des préoccupations les plus fréquentes des Français et elle inclut souvent un désaccord sur le montant de la facture. Quels sont les devoirs du garagiste vis-à-vis de sa clientèle en matière de facturation ? Selon la législation, le garagiste est tenu de donner des informations sur les coûts de réparation ainsi que de conseiller le client. Si le client le demande, il doit également :

  • inclure un devis confirmé au client. Si un prix est indiqué dans la proposition, il doit être honoré. Afin d’éviter toute mauvaise surprise, il est vivement conseillé au client de demander un devis ;
  • si le coût du plan est trop difficile à prévoir, le client peut demander que le garagiste lui remette une tâche complexe décrivant les réparations qui seront effectuées et le coût estimé. Par le biais d’une nouvelle tâche complexe, le garagiste peut informer le client de tout travail supplémentaire et de son coût potentiel et lui demander la permission de le faire.
  • indiquer sur sa facture le prix de chaque réparation, le coût global du remplacement, la provenance et le coût de chaque élément inclus, l’heure du travail, le kilométrage du véhicule et sa plaque d’immatriculation.

Restez toujours informés et vigilants.